labelix RADIOLOGIE IMAGERIE MEDICALE
17, rue Montjoie
62280 ST-Martin-Boulogne
Tél : 03.21.31.51.47
Fax : 03.21.83.42.77

RIM Accès patient
RIM Rendez-vous

Examens
Vous êtes ici : Accueil > Examens > Scanner > Technique

SCANNER - Technique

Autrefois réservé dans l'esprit du grand public aux cas difficiles ou graves, le scanner est actuellement un examen de pratique très courante proposé en routine dans l'exploration de très nombreuses pathologies ou dans des situations cliniques variées.
Il faut donc démystifier cet examen, mais cette banalisation ne doit pas occulter le fait que le scanner reste dans la majeure partie des cas à prescrire en seconde intention après des explorations préalables plus accessibles telles que la radiographie standard et l'échographie.

  Le scanner utilise des Rayons X, le tube émetteur étant placé dans un anneau qui tourne autour du patient. Le récepteur situé de l'autre côté du patient est un système de détecteurs tournant dans le même sens que le tube en opposition à 180°. Ces détecteurs recueillent les rayons X résiduels après traversée du patient, envoient l'ensemble de leurs informations à un calculateur informatique (l'image scanographique est par définition numérique) permettant de reconstruire une image d'une coupe en 2 dimensions (2D) représentant une « tranche » du corps. Le scanner est donc la conjonction de la tomographie issue de la radiographie standard et du développement de l'informatique.


  Non seulement les structures analysées dans ce plan de coupe sont bien dégagées les unes des autres (ceci permet de s'affranchir de la superposition des organes par projection d'un volume sur un plan comme le fait la radiographie standard, mais on peut aussi en mesurer la densité qui reflète le coefficient d'absorption du tissu (mesures exprimées en unités Hounsfield U.H. qui se traduisent sur le film en variation de noircissement sur une échelle de gris). Plus la densité est élevée en un point donné de l'image (correspondant à un point de forte absorption du corps aux rayons X), plus ce point paraîtra blanc et inversement. Ceci qui permet d'apprécier si la structure analysée est de type solide, calcique ou osseuse, liquidienne, graisseuse ou aérique.

  L'injection intraveineuse d'un produit de contraste iodé permet en outre de préciser le degré de vascularisation des tissus observés ou d'opacifier la lumière des vaisseaux (angioscanner).

  Au fil des progrès technologiques, les détecteurs sont non seulement devenus plus petits afin d'obtenir des coupes plus fines et d'améliorer la quantité de détails observés (résolution spatiale), mais leur nombre a également considérablement augmenté, montés sur des systèmes linéaires appelés barrettes, les premiers scanners étant montés sur une seule rangée (scanner mono-barrette), les scanners modernes (dits multi-barrettes) comprenant actuellement 16, 40 voire 64 barrettes. A terme, il est probable que des détecteurs capteurs-plan issus de la radiographie numérique directe seront utilisés.

  Enfin, en même temps que le tube délivre ses rayons x, la table de l'examen se déplace dans l'axe de l'anneau porteur du couple tube-détecteurs, ce qui permet d'obtenir un nombre important d'informations numériques recalculées afin d'obtenir une imagerie non plus en 2 dimensions mais en 3 dimensions (3D) et de reconstruire l'ensemble du volume étudié dans n'importe quelle orientation de l'espace ou épaisseur de coupes (coupes axiales, frontales, sagittales, obliques, courbes). Cette technique de déplacement de table pendant l'émission des rayons X est appelée « spiralée » ou « hélicoïdale » et équipe tous les scanners modernes.


  Parallèlement, l'augmentation des vitesses de rotation du couple tube-récepteurs (révolution de 360° actuellement réalisée en moins d'une seconde) a permis un gain temporel (résolution temporelle) pour étudier des structures mobiles comme le cœur et a considérablement réduit les temps d'examen.

  Toutes ces améliorations ont permis le développement de techniques d'explorations nouvelles en scanner : reconstructions 3D des surfaces osseuses, examens vasculaires (coronaires dans l'angine de poitrine, artères pulmonaires dans l'embolie pulmonaire, artères des membres inférieurs dans l'artérite), examens à l'intérieur de l'intestin (coloscopie virtuelle).

  Ces progrès technologiques ont considérablement augmenté ces dernières années la masse d'informations numériques par examen, ce qui explique la transmission des données sur CD-Rom, le film radiographique ne pouvant plus à lui seul reproduire la totalité des images produites. Cette quantité d'information est telle que les images sont maintenant le plus souvent traitées et analysées uniquement sur console informatique en utilisant des logiciels puissants, ce qui génère un surcroît de travail pour l'équipe technico-radiologique et qui peut amener paradoxalement à différer le rendu des résultats alors que le temps de l'examen lui-même pour le patient a été considérablement réduit.