labelix RADIOLOGIE IMAGERIE MEDICALE
17, rue Montjoie
62280 ST-Martin-Boulogne
Tél : 03.21.31.51.47
Fax : 03.21.83.42.77

RIM Accès patient
RIM Rendez-vous

Examens
Vous êtes ici : Accueil > Examens > Radiographie Standard numérisée > Domaines d'application

RADIOGRAPHIE STANDARD NUMERISEE - Domaines d'application

Osseuse, articulaire et rachidienne Pulmonaire ASP Digestive Urinaire Divers

Radiologie Osseuse, articulaire et rachidienne


Radiographies simples : Toutes les parties du corps peuvent être radiographiées dans différentes incidences afin de dégager les os et les articulations des différents segments de membres, la colonne vertébrale (rachis cervical, dorsal ou lombaire), le crâne et les sinus de la face, les dents (panoramique dentaire), le nombre d'incidences dépendant de la partie du corps à examiner et des symptômes présentés.


 


 

Arthrographie : Toute articulation peut bénéficier de l'injection intra-articulaire d'un produit de contraste opaque aux Rayons X. Les articulations les plus souvent concernées sont l'épaule, le genou, mais également le coude, le poignet, la hanche ou la cheville.

> Fiche d'information patient SFR > Ostéo-Articulaire > OA1 : Arthrographie





 

Radiologie Pulmonaire


Elle reste l'exploration première de toute pathologie pulmonaire ou pleurale. Elle est aussi souvent utilisée dans les bilans cardiologiques pour apprécier la silhouette cardiaque et la vascularisation pulmonaire.


 

ASP


Cette radiographie d'« Abdomen Sans Préparation » précède toujours les explorations d'opacification digestive ou urinaire, mais peut être utilisée isolement ou en association avec d'autres examens notamment l'échographie pour le bilan initial des douleurs abdominales aiguës (occlusions intestinales, coliques néphrétiques etc.).


 

Radiologie Digestive


Transit Oeso-Gastro-Duodénal (TOGD) : Cet examen consiste à faire avaler un produit opaque aux Rayons X (baryte ou hydrosolubles) et à étudier la progression (transit) de ce produit au travers de l'œsophage, de l'estomac et du duodénum. Cela permet une étude morphologique de leurs parois internes. Un jeûne est indispensable pour permettre au produit d'adhérer aux parois digestives. Toutefois cet examen est dans de nombreux cas remplacé par la fibroscopie œsogastrique. Il garde néanmoins quelques indications.

> Fiche d'information patient SFR > Digestif > D8 : TOGD


 
Transit du grêle : Cet examen consiste à opacifier le petit intestin (grêle) après ingestion par voie orale d'un produit opaque aux Rayons X (baryte). Il permet une étude des parois internes du petit intestin jusqu'au colon (gros intestin). Un jeûne est indispensable pour permettre au produit d'adhérer aux parois digestives. Sa performance est sensibilisée par l'utilisation d'une technique d'entéroclyse qui consiste à positionner une sonde dans le duodénum (partie initiale de l'intestin grêle après l'estomac), l'insufflation d'air venant compléter l'opacification à la baryte (double contraste). L'intestin grêle reste une portion intestinale difficile à explorer et une technique utilisant l'entéroclyse par sonde duodénale couplée à un scanner (entéroscanner) peut être proposée. Des techniques alternatives de vidéo-endoscopie par capsule ingérée sont actuellement en cours de développement mais non prises en charge.

> Fiche d'information patient SFR > Digestif > D9 : Transit du grêle



 
Transit pharyngo-oesophagien (TPO) : Là encore il s'agit d'une technique de radiographie après ingestion orale d'un produit opaque aux Rayons X (baryte) qui permet d'étudier la partie utilisée lors de la déglutition (pharynx) qui précède l'œsophage. Un jeûne est indispensable pour permettre au produit d'adhérer aux parois pharyngées. Il reste très utilisé pour l'étude des pathologies ORL.


 

Lavement opaque : Cet examen consiste à opacifier par voie rectale le gros intestin (colon) afin d'apprécier l'état de ses parois internes. Ce lavement peut être effectué en simple contraste en utilisant une matière opaque aux Rayons X appelée baryte (« Lavement Baryté »), ou un produit soluble dans l'eau (lavement aux hydrosolubles) lorsqu'il est suspecté une perforation du colon ou que l'on est dans une situation à risque de perforation. Une technique dite « en double contraste » utilise à la fois de la baryte et une insufflation d'air ce qui améliore ses performances.
Une préparation est nécessaire afin de vider le gros intestin des matières fécales (régime sans résidus, lavement à l'eau et laxatif).
Néanmoins, cet examen est de moins en moins pratiqué, remplacé dans la majeure partie des cas par la vidéo-endoscopie colique. Lorsque cette vidéo-endoscopie n'est pas possible, on propose actuellement de réaliser une coloscopie virtuelle par scanner après insufflation d'air ou un coloscanner (scanner précédé d'un lavement à l'eau).

> Fiche d'information patient SFR > Digestif > D4 : lavement opaque




 

Radiologie Urinaire


UIV : Cette « Urographie Intraveineuse » est un examen simple destiné à visualiser les reins et les cavités où s'évacue l'urine jusqu'à la vessie, en utilisant un produit de contraste opaque aux Rayons X injecté par voie intraveineuse qui s'élimine par les reins. Cet examen reste utilisé car il peut être rapidement et facilement programmé. Il est néanmoins de plus en plus souvent remplacé par un examen scanographique des voies urinaires (uroscanner).

> Fiche d'information patient SFR > Uro-Génital > UG7 : UIV


 
Cystographie : Cet examen consiste à remplir la vessie d'un produit de contraste opaque aux Rayons X soit par une petite sonde stérile à usage unique lubrifiée par un anesthésiant local (cystographie « rétrograde »), soit beaucoup plus rarement (principalement chez le petit garçon) après ponction directe au dessus du pubis (cystographie « sus-pubienne »). Elle reste très utilisée dans le cadre des infections urinaires à répétition pour rechercher un reflux d'urine de la vessie vers les reins (reflux vésico-urétéral) qui peut compromettre à terme le bon fonctionnement rénal.

> Fiche d'information patient SFR > Uro-Génital > UG2 : Cystographie


 
Urétrographie Rétrograde : Cet examen uniquement pratiqué chez l'homme consiste cette fois à opacifier l'urètre (conduit qui évacue l'urine à la sortie de la vessie), le produit de contraste opaque aux Rayons X étant introduit par une petite sonde à l'extrémité de la verge. Elle reste utilisée dans le bilan des rétrécissements de l'urètre.


 

Divers


Hystérosalpingographie : Cet examen consiste à remplir l'utérus par un produit de contraste opaque aux Rayons X. Il n'est presque plus utilisé pour l'étude de la cavité utérine, mais reste très utile et encore souvent pratiqué dans le cadre des infertilités pour apprécier la perméabilité des trompes en cas de désir de grossesse.

> Fiche d'information patient SFR > Uro-Génital > UG4 : Hystérographie


 
Galactographie : Cet examen consiste à remplir un canal s'abouchant par un fin orifice du mamelon d'un sein par un produit de contraste opaque aux Rayons X. Il n'est utilisé qu'en cas d'écoulement mamelonnaire unicanalaire. Se reporter au chapitre sénologie.



Sialographie : Cet examen consiste à remplir les glandes salivaires (sous-maxillaire ou parotide) par un produit de contraste opaque aux Rayons X. Il reste prescrit en complément de l'échographie pour l'exploration des pathologies salivaires (lithiase, infections chroniques ou autre).


 

Saccoradiculographie et Myélographie : Cet examen consiste à remplir le sac dural contenu dans la colonne vertébrale par un produit de contraste opaque aux Rayons X. Ce sac dural contient la moelle épinière et l'origine des racines nerveuses. Cette opacification se fait par ponction lombaire (saccoradiculographie), plus rarement par ponction cervicale pour étude de moelle cervicale ou dorsale (myélographie). L'examen peut se compléter par un scanner : on parle de radiculo-scanner ou de myéloscanner. La saccoradiculographie autrefois très utilisée pour les sciatiques et canaux lombaires étroits, a vu ses indications diminuer par le développement du scanner et de l'IRM. Elle reste néanmoins encore prescrite dans quelques situations car c'est le seul examen pouvant se pratiquer en position debout ou assise, ce qui démasque parfois des compressions de racines nerveuses ignorées par d'autres examens comme scanner ou IRM qui ne peuvent se réaliser que sur patient couché.

> Fiche d'information patient SFR > Ostéo-Articulaire > OA6 : Saccoradiculographie


 

Angiographie (ou artériographie) numérisée : Cet examen consiste à remplir les vaisseaux sanguins par un produit de contraste opaque aux Rayons X. Techniques autrefois très utilisées pour explorer les pathologies vasculaires, qu'elles soient veineuses (phlébographie) ou artérielles (artériographie), elles sont actuellement très avantageusement remplacées par des techniques dites non invasives après injection iodée intraveineuse d'un produit de contraste soit en scanner (angioscanner) soit en IRM (angio-IRM), et les indications de ces examens angiographiques sont devenues extrêmement rares. Elles sont dans notre pratique encore parfois encore utilisées dans des cas très particuliers sur demande de cardiologue ou de chirurgien vasculaire (notamment artériographie des membres inférieurs) ou dans le cadre de procédures thérapeutiques notamment d'embolisation.
Notre salle d'artériographie est située au bloc opératoire de la Clinique CMCO Côte d'Opale, ce qui permet de réaliser cet examen dans les meilleurs conditions de sécurité. Cette salle permet aussi la réalisation des « coronarographies » (artériographie des artères du coeur, les coronaires impliquées dans l'angine de poitrine et l'infarctus du myocarde) réalisées par nos confrères cardiologues. Une artériographie nécessite habituellement une courte hospitalisation de 24 heures.

> Fiche d'information patient SFR > Cardio-Vasculaire > CV1 : Angiographie
> Fiche d'information patient SFR > Cardio-Vasculaire > CV2 : Angiographie pulmonaire